Retour de lecteur / lectrice : Bernadette

Très dur ce livre.

Mais tellement rempli de vérités dont nous sommes conscients depuis peu…

Nous n’avions pas le droit de priver nos enfants de leurs familles et de leur pays juste pour assouvir notre plaisir d’être parents, si la machine à remonter le temps existait nous ne referions pas la même erreur c’est sûr.

Chacun est malheureux dans son coin avec tous ses questionnements.

Les adoptions internationales ont énormément diminué, en 2020 seulement 250 et souvent des enfants très grands.

Ce livre devrait être lu par toutes les associations d’adoption internationale et aussi les services sociaux chargés des enquêtes d’agrément.

Bernadette

Retour de lecteur / lectrice : Benoit

Je viens de lire ton livre. Voici les mots qui me viennent.

« Un livre à la mer » est bien plus que son titre laisse suggérer. Ce livre atteint rapidement son lecteur et ne se perd pas en haute mer.
L’autrice a le talent d’expliquer clairement ses sentiments et sensations. Vous pouvez lire en 200 pages plus de 30 ans d’introspection.
Ce livre permet enfin de briser les idées reçues sur l’adoption. On comprend rapidement que l’adoption n’est pas une chance. Ce que l’on comprend c’est que l’adoption peut bien se passer comme elle peut mal se passer tout simplement. Le public peut maintenant appréhender l’odyssée que constitue la recherche de ses origines et de ses « géniteurs ou parents ».

Ce livre aide aussi à comprendre la subtilité qu’est le métissage. C’est à dire être et noir et blanc, le tout dans un même corps. Enfin ce livre plein de conseils et de bon sens explique concrètement le processus extrêmement complexe qu’est l’adoption.

Beaucoup de gens apprendront beaucoup de choses grâce à ce livre et éviteront de nombreux malentendus. Malgré les crampes à l’estomac que peuvent donner la lecture d’extraits très douloureux.

Bonne lecture à tous
Benoit

Retour de lecteur / lectrice : Elise

Une fois commencé, je n’ai pas pu refermer le livre avant la dernière page.
J’ai aimé les réflexions intéressantes qui m’ont amenée à changer ma vision des choses, alors merci pour ça. Merci aussi pour les émotions diverses et variées ressenties tout au long du récit…tristesse, colère, joie…tout y passe ! J’ai adoré découvrir ces facettes de ta vie.
Bonne route à ce livre à la mer !

Elise

Retour de lecteurs / Lectrices : Esmée

Je viens de lire ton livre. Voici les mots qui me viennent.

« Un livre à la mer » est bien plus que son titre laisse suggérer. Ce livre atteint rapidement son lecteur et ne se perd pas en haute mer.
L’autrice a le talent d’expliquer clairement ses sentiments et sensations. Vous pouvez lire en 200 pages plus de 30 ans d’introspection.
Ce livre permet enfin de briser les idées reçues sur l’adoption. On comprend rapidement que l’adoption n’est pas une chance. Ce que l’on comprend c’est que l’adoption peut bien se passer comme elle peut mal se passer tout simplement. Le public peut maintenant appréhender l’odyssée que constitue la recherche de ses origines et de ses « géniteurs ou parents ».

Ce livre aide aussi à comprendre la subtilité qu’est le métissage. C’est à dire être et noir et blanc, le tout dans un même corps. Enfin ce livre plein de conseils et de bon sens explique concrètement le processus extrêmement complexe qu’est l’adoption.

Beaucoup de gens apprendront beaucoup de choses grâce à ce livre et éviteront de nombreux malentendus. Malgré les crampes à l’estomac que peuvent donner la lecture d’extraits très douloureux.

Bonne lecture à tous
Benoit

Retour de lecteurs / lectrices : N.N

Bravo ! J’ai aimé te lire. Et ça se lit bien c’est vrai. Je confirme. J’ai dévoré ton livre et ton histoire. C’est chaud comme vécu! T’es vraiment une guerrière ! Ça fait beaucoup de combats pour une seule personne (abandon, isolement géographique, être autonome financièrement, au carrefour de quasiment toutes les discriminations). J’admire ta persévérance et ton abnégation.

Plein de choses et de phrases que tu as vécus, écrit et décrit que j’ai vécu ou pensé mots pour mots. Tu décris ça bien cette torture intérieure… D’être à un endroit sans y être vraiment… J’ai ressenti et vécu ça aussi dans ma campagne costarmoricaine de me sentir seul malgré que j’étais plutôt bien entouré… Y’aura des mécanismes de protection comme celui de ne plus vouloir s’épancher sur ses sentiments, ne pas s’attacher, penser que l’amour n ‘existe pas vraiment… que j’ai aussi mis en place. Ça fait tilt et écho dans ma tête car j’ai fait ça aussi et je le fais encore…
À maintes reprises, je me retrouve et me reconnais dans des ressentis et pensées que tu décris… du coup ton livre me parle. Quans tu écris que l ‘amour n ‘existe pas et que tu ne voulais pas être aimé ça aussi ça me parle….Je pensais comme ça aussi ! Je pense que ça peur aider des adoptés à mieux se comprendre et mettre des mots sur certains de leurs maux ou aider les autres à mieux comprendre dans quels états ou dispositions psychologiques peuvent être un certain nombre d’adoptés…
J’ai vu souvent des parents adoptifs qui ne comprennent absolument rien ou pas grand chose à la psychologie et aux réelles préoccupations des enfants qu’ils ont adoptés… Donc là c’est quand même un outil de compréhension…
Je pense que quasiment tous les adoptés à l’international peuvent te citer des passages de ton livre qui leur parlent et où ils se reconnaissent et s’identifient.
N.N